Mardi 19 novembre 2019 - (18h30) : Assurer la sécurité alimentaire mondiale : quel rôle pour la France ?

avec Sylvie Brunel, géographe, économiste, professeur à Sorbonne Université, écrivain, chroniqueuse du magazine 28 minutes sur Arte et Marie Perrier responsable des productions africaines et océaniennes qui présentera des œuvres des collections du musée des Confluences

Gratuit ouvert à tous
sous réserve d'inscription en cliquant ici

18h30 - Grand amphithéâtre de l'Université de Lyon
90 rue Pasteur - 69007 LYON

Partenariats

Cette conférence est préparée en partenariat entre la Confluence des savoirs et le musée des Confluences de Lyon.

Présentation de la conférence

Plaidoyer pour nos agriculteursA l’heure du changement climatique, de la persistance des famines, de la métropolisation du monde, des attentes sociétales croissantes en termes d’alimentation (circuits courts, bio, agroécologie, pesticides…), comment nourrir le monde aujourd’hui et demain ? Mais aussi comment continuer d’assurer l’indépendance agricole et alimentaire de la France, aux portes de la région la plus tendue sur le plan de la dépendance alimentaire, l’Afrique, où le prix de la nourriture conditionne la paix sociale ?

Sylvie Brunel présentera la géopolitique de l'alimentation et les enjeux politiques, économiques, stratégiques, démographiques et bien sûr écologiques qu’elle soulève. Elle partira de l’actualité, avec la déforestation de l’Amazonie, l’épidémie de peste porcine en Chine, la crise alimentaire du Sahel… Mais elle s’attachera aussi à développer plus particulièrement l’exemple très révélateur et emblématique du maïs, céréale autant traditionnelle, glorifiée par les Mayas, que symbole de la mondialisation et de la "moyennisation" du monde, dite pourtant "secondaire" par la FAO, mais occupant désormais la première place en termes de production, en Amérique latine bien sûr, mais aussi en Afrique et en Chine. Et dont la France est le premier exportateur mondial de semences – non OGM - au monde.

Mal aimé, et même souvent décrié en France, le maïs est pourtant une céréale emblématique des défis qu’il nous faut relever….

Cuillère DAN Côte d'IvoireLa présentation de Marie Perrier portera sur les collections du musée en lien avec la nourriture et sur l’exemple des cuillères dan de Côte d’Ivoire.

Riche de quelques 2 millions d’objets, les collections du musée des Confluences révèlent l’importance accordée à l’alimentation, partout dans le monde.

La préparation des repas, la commensalité et le rapport aux ancêtres, souvent sollicités par de la nourriture, ont donné lieu à une grande variété d’ustensiles et de contenants, des plus modestes au plus richement ornés.

L’exemple des communautés Dan, en Côte d’Ivoire, permettra d’illustrer un rapport ritualisé à la nourriture, où les grands repas communautaires sont organisés sous la supervision d’une femme, reconnue pour sa grande générosité, son caractère aimable et sa force de travail. Pour l’aide dans ses fonctions, elle est accompagnée d’une cuillère, sculptée à son image, qui rappelle aux yeux de toute sa prestigieuse fonction : faire festoyer le village.

Sylvie BRUNEL

Sylvie Brunel est une géographe, économiste et écrivain française, professeur des universités, membre associée de l’Académie royale de Belgique, chevalier de la légion d’honneur.
Elle a travaillé pendant plus de quinze années dans l’humanitaire (Médecins sans frontières, Action contre la faim).
Spécialiste des questions de développement, Sylvie Brunel travaille depuis la fin des années 1980 sur les questions de la faim, notamment sur la problématique des famines qui constitue le sujet de son habilitation à diriger des recherches (HDR) en géographie et de son doctorat en économie. Elle plaide pour des politiques agricoles qui garantiraient une juste rémunération et une protection foncière des paysans, et pour la diversité des modèles agricoles, à l’heure où la croissance démographique, le changement climatique, la métropolisation du monde et les tensions autour de la nourriture font craindre que l’arme alimentaire ne redevienne un risque majeur.

Ecrivain, elle a publié plus de trente livres sur

Le développement durable, l’Afrique, l’alimentation, dont Plaidoyer pour nos agriculteurs, il faudra demain nourrir le monde, chez Buchet-Chastel (2017),
Des romans, tels Un Escalier vers le paradis (Lattès, 2014), ou encore Frontières (Denoël, 2003) sur l’humanitaire en Afrique.
Elle est aussi l’auteur du Que Sais-Je ? de référence Le développement durable (2004, sixième édition 2018).

Son dernier ouvrage paru en 2019 : Toutes ces idées qui nous gâchent la vie : alimentation, climat, santé, progrès, écologie… , Paris, JC Lattès.

Parmi ses autres ouvrages récents, citons notamment :

  • Croquer la pomme, l'histoire du fruit qui a perdu le monde et qui le sauvera, Lattès, 2016.
  • L'Afrique est-elle si bien partie ?, Sciences Humaines, 2014 — Prix du meilleur livre géopolitique en 2015.
  • Crin Blanc ou l'invention de la Camargue (avec Florian Colomb de Daunant), Actes Sud, 2016.
  • Géographie amoureuse du monde, Lattès, 2011 — Grand prix Jules Verne de l'Académie littéraire de Bretagne et des pays de Loire en 2012.
  • La Planète disneylandisée, pour un tourisme responsable , Sciences Humaines, 2006, nouvelle édition refondue 2012
  • Géographie amoureuse du maïs, Lattès, 2012.
  • Cavalcades et dérobades (roman), éditions Jean-Claude Lattès, 2008 — Prix Pégase de l’École nationale d'équitation en 2009.
  • Nourrir le monde. Vaincre la faim, Larousse, 2009
  • Manuel de guérilla à l'usage des femmes, Grasset, 2009
  • Le Voyage à Timimoun, Lattès, 2010.
  • Le Bonheur à cheval (avec Alain Bellanger), Belin, 2017.

Elle est chroniqueuse régulière du magazine 28 minutes sur Arte et publie une lettre mensuelle électronique, Les Nouveaux Mayas (abonnement gratuit sur demande à nouveauxmayas@gmail.com)

Marie PERRIER et le musée des Confleunces

Marie Perrier, est chargée des collections africaines et océaniennes au musée des Confluences.
Après des études en histoire de l’Art et en anthropologie, elle a travaillé au musée africain de Lyon avant d’intégrer en 2007 l’équipe du musée des Confluences pour produire le parcours permanent. Au service des collections depuis 2011, ses recherches portent sur l’histoire des fonds Afrique et Océanie et plus précisément sur la culture matérielle des populations d’Afrique de l’Est.

Elle a récemment publié un article consacré à deux boucliers de Zanzibar “Determination of the geographical origin of leather shields from Zanzibar using ancient DNA tools” Journal of Archeological Science Reports (n°19, 2018, pp. 323-333) et un autre sur la donation d’une collection d’art africain au musée des Confluences « Désir d’art : la collection africaine d'Ewa et Yves Develon au musée des Confluences » Tribal art (n°91, Printemps 2019, pp. 68-73).

Les collections du musée des Confluences se composent de plus de 2 millions de pièces venant du monde entier.

Pour tout savoir du musée des Confluences (expositions permanentes et temporaires, animations, conférences : http://www.museedesconfluences.fr/fr
Et pour suivre les actualités du musée, possibilité de s’abonner à la newsletter : http://www.museedesconfluences.fr/newsletter